Contenu

Brèves de juin 2021

publié le 22 juin 2021 (modifié le 29 juin 2021)

Feu vert en Europe à l’utilisation des insectes dans l’agro-alimentaire

Les États membres de l’Union européenne viennent de voter l’autorisation de la commercialisation pour la consommation humaine de larves de vers de farine ; elle était autorisée jusqu’ici pour l’alimentation animale uniquement, Elles représentent une source de protéines inestimable. Des fermes d’insectes existent déjà en France. (Source Consoglobe, Anton Kunin, 05/05/2021).

Chiens « renifleurs » de Covid-19

De nouveaux résultats concluants : dans le cadre de l’étude Salicov-APHP, l’équipe du professeur Dominique Grandjean de l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort confirme une nouvelle fois l’intérêt d’utiliser les capacités olfactives du chien dans la détection de personnes malades du Covid-19. (Extrait de l’e-point vet. Tanit Halfon, 26.05.2021)

Les premiers poussins femelles sexés in ovo par Respeggt sont nés en France

Ll’entreprise germano néerlandaise Respeggt a noué un partenariat avec le couvoir Novoponte, basé à Juigné-sur-Sarthe, où les premiers poussins femelles issus de sa méthode de sexage in ovo ont vu le jour ce lundi 7 juin après avoir été sexées le 25 mai. Le sexage automatique des œufs des souches pondeuses permettra de ne plus éliminer à l’éclosion les poussins mâles. On estime qu’environ 300 millions de poussins mâles sont tués chaque année dans l’Union européenne, dont au moins 45 millions en France. (RéussirVolailles 07/06).

Création de l’Observatoire de la protection des animaux de compagnie

Installé ce 28 mai à l’initiative du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, cet observatoire permettra pour la première fois en France de disposer de données consolidées sur le nombre d’abandons d’animaux et sur leurs principales causes. Elles seront analysées par le Centre national de référence sur le bien-être animal qui fédère les acteurs de la recherche, du développement et de la formation. L’Observatoire est composé de représentants des collectivités, d’experts, d’acteurs de l’identification et de la protection animale, de représentants de la société civile, des vétérinaires et des professionnels. Il rendra d’ici l’été 2021 des premiers avis et recommandations pour améliorer les politiques publiques en matière de lutte contre les abandons. (Communiqué ministère de l’agriculture).

Rendements des vaches laitières

Ce n’est que depuis le début des années 60 qu’on dispose de données statistiques sur les rendements des vaches laitières en France. Les quelques références antérieures à disposition poussent à soutenir l’hypothèse que le rendement moyen de 2 000 Kg par vache et par an observé en 1960 était en quelque sorte la référence pour les décennies antérieures, Depuis les années 60 et la mise en place d’une politique d’intensification /spécialisation des exploitations et des cheptels, la progression des rendements par vache a été spectaculaire et relativement régulière : le rendement moyen par vache est passé en 60 ans de 2 000 à plus de 7 000 kg par vache et par an.(source Académie d’Agriculture de France).

Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir

Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au point un kit de sélection des futurs opérateurs aptes à détecter les carcasses présentant des odeurs de verrats. L’Ifip l’a testé et validé dans une dizaine d’entreprises. (NL RéussirPorc 10/06)

Chasse à la glu

Elle a été définitivement jugée illégale par le Conseil d’Etat, le 28 juin.