Contenu

Des dépêches d’avril et mai du site agrimutuel à consulter sur : www.agri-mutuel.com

publié le 28 mai 2020

Ce site a ouvert un dossier spécial Covid-19 : les conséquences pour le monde agricole

PAC

La Commission agriculture du Parlement européen a adopté le 28 avril un règlement transitoire autorisant la prolongation pour un an de la Pac selon ses règles actuelles, alors que cette dernière devait normalement prendre fin en décembre 2020. (dépêche AFP 29/04).

Le Space 2020

Le salon qui réunit tous les ans plus de 1 400 exposants et plus de 100 000 visiteurs ne connaîtra pas d’édition 2020. En effet, les organisateurs ont préféré annuler l’évènement en raison de la pandémie du coronavirus. (dépêche TNC 05/05).


Crise du fromage

Le confinement a propulsé la consommation des fromages industriels pré-emballés, et sévèrement fragilisé les fromages de terroir, Les plus touchés sont les fromages à pâte molle, dont la durée de conservation est la plus faible. Depuis la mi-mars, une série de dérogations provisoires a été publiée au JO pour assouplir cette année les strictes conditions de collecte de lait et les règles d’affinage et de stockage des AOP. But : éviter de jeter du lait ou des fromages qui ne respecteraient plus les cahiers des charges. Mais beaucoup de fromages en excédent ont dû partir à prix bradés, pour être fondus en tartinables, poudres ou liquides pour l’industrie.
Un collectif de gastronomes vient de lancer un appel à « soutenir nos fromages, nos terroirs et nos producteurs français » autour du triptyque le plus célèbre de la gastronomie française : le pain, le vin et le fromage. Le secteur est fragile. Plus de 90 % des AOP françaises sont produits par des laiteries, familiales ou industrielles qui suscitent 53 000 emplois directs, et sont le vecteur de nombreux aménagements en zones rurales reculées. Et l’on ne compte plus que 6 000 producteurs fermiers de fromages au lait cru dans tout le pays, dont 1 300 sous appellation. (dépêche AFP 08/05).

Rebâtir une souveraineté alimentaire

La crise pandémique a mis à rude épreuve la chaîne alimentaire et montré une dépendance croissante de la France à certains produits importés : sept piliers du monde agricole se sont dits prêts à « rebâtir une souveraineté alimentaire » pour le pays. Ce sera le chantier d’une génération », affirment en s’y déclarant « prêts » les syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs (JA), la Confédération nationale de la mutualité, la coopération et du crédit agricoles (CNMCCA), la Coopération agricole, la Fédération nationale du Crédit agricole (FNCA), Groupama assurances mutuelles, la Mutualité sociale agricole (MSA) et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA). Les sept organisations proposent un « pacte de confiance » avec la société pour développer la production alimentaire, tout en respectant les objectifs climatiques et environnementaux. (dépêche AFP 07/05).

Instance de coordination sciences-société

Parue le 9 mai dans le Monde, une tribune signée par 44 représentants du monde de la recherche, du monde institutionnel, du monde associatif et du monde économique, regrette l’absence « d’espace institutionnel pour coordonner le dialogue entre sciences et société ». La crise actuelle montre que « l’expérience du terrain et le sens pratique forment aussi un formidable vivier d’idées et de solutions », souligne la tribune, signée notamment par Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne. (dépêche TNC 11/05).

Jeunes Agriculteurs

Dès le lendemain du déconfinement mardi 12 mai, le syndicat Jeunes Agriculteurs a présenté en visioconférence à la presse son plan d’action de sortie de crise du coronavirus. Organisées autour de six axes, ces propositions s’inspirent de celles mises en avant à travers l’opération de communication "On vous nourrit aujourd’hui, et demain ?" lancée mi-mars, sur les réseaux sociaux notamment, pour repenser « l’avenir de l’agriculture », en réponse à l’appel du Conseil de l’agriculture française visant à « rebâtir la souveraineté alimentaire » de la France. www.jeunes-agriculteurs.fr. (dépêche TNC 04/05).

Commande publique

Dans une tribune diffusée le 30 avril, 70 députés dont les anciens ministres Stéphane Travert et François de Rugy, appellent les collectivités à privilégier au maximum l’origine locale et française dans la restauration collective et demandent un assouplissement des règles de la commande publique. (dépêche TNC 04/05).

Protection animale

Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, l’association Convergence Animaux Politique (CAP), qui représente plus de 1 000 organisations de protection animale auprès des parlementaires et de l’exécutif, demande que le plan de relance économique qui sera bientôt élaboré après la crise sanitaire liée au coronavirus, intègre pleinement la demande sociétale en faveur d’une plus grande prise en compte des animaux et de l’environnement », (dépêche AFP 10/05).

Substituts vegan à la viande

La pandémie de Covid-19 a forcé plusieurs grands abattoirs américains à fermer temporairement, faisant craindre des pénuries ponctuelles de viande. Une opportunité saisie énergiquement par les fabricants de steaks, nuggets et saucisses à base de plantes, qui espèrent séduire de nouveaux clients. (dépêche AFP 08/05).

Les abattoirs, pépinières à coronavirus ?

Les cas de Covid-19 se multiplient dans les abattoirs de plusieurs pays et les experts en cernent encore mal les raisons, sans doute liées à la promiscuité, mais peut-être aussi à des conditions de froid et de ventilation propres à ces usines. (dépêche AFP 18/05).