Contenu

Des dépêches de février/mars du site agrimutuel à consulter sur ; www.agri-mutuel.com

publié le 25 mars 2021

L’homme d’affaires Xavier Niel finance un projet d’école d’agriculture gratuite baptisée « Hectar »

Cette école, qui doit ouvrir en septembre à Lévis-Saint-Nom, Yvelines, à proximité des Essarts-le-Roi, a pour objectif de former 2000 adultes en reconversion professionnelle afin d’être salariés agricoles ou repreneurs d’exploitations sur le modèle de son école destinée aux métiers du digital. Si l’intention est louable, les agriculteurs s’inquiètent quant à l’orientation de l’enseignement qui sera dispensé, car le fondateur de Free fait partie des initiateurs du référendum pour les animaux, lancé en juillet 2020. De leur côté, la chambre d’agriculture, la FRSEA et les Jeunes agriculteurs (JA) d’Ile-de-France « s’interrogent sur la finalité idéologique » du projet (dépêche TNC 26/02).
Aide d’urgence : Jean Castex a annoncé samedi 6 mars le déblocage de 60 millions d’euros d’aides d’urgence aux éleveurs les plus en difficulté, qui ont gagné moins de 11 000 € en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer. Cette enveloppe va s’ajouter à celle prévue dans le plan de relance de 50 millions pour la restructuration de la filière. Dans le plan de relance présenté début septembre, le gouvernement prévoit un total de 1,2 milliard pour le secteur de l’agriculture et de l’alimentation. (dépêche AFP 0 6/03)

Cantines scolaires

Dans le cadre du plan de relance, un dispositif permet de soutenir financièrement les cantines scolaires des petites collectivités territoriales souhaitant s’approvisionner en produits frais et locaux. Ce dernier, doté de 50 millions d’euros, est désormais accessible via le site de l’Agence de service et de paiements. (dépêche TNC 15/02).

Gaspillage alimentaire

Près d’un milliard de tonnes, ou sept fois le tour de la Terre par des camions de 40 tonnes mis bout à bout : c’est la nourriture gaspillée chaque année dans le monde, près de 20 % des aliments disponibles pour les habitants du globe, selon un rapport publié jeudi 4 mars par l’ONU. (dépêche AFP 0 4/03)

Menus sans viande

Lassée par les polémiques opposant de façon caricaturale la filière viande et les partisans de menus végétariens dans les cantines, l’interprofession bétail et viande avait écrit une lettre ouverte aux ONG environnementales, proposant un objectif commun : moins de viande, mais de la viande locale et de qualité. Une proposition à laquelle les ONG se sont montrées favorables. (dépêche TNC 08/03).

Viande

Interbev publie une étude sur les Français et leur intérêt pour l’élevage et la viande. Les chiffres sont rassurants : 89 % des personnes interrogées affirment que le savoir-faire des éleveurs français garantit une viande de qualité. (dépêche TNC 12/02).

Etiquetage de l’origine du lait

Le Conseil d’État a annulé un décret gouvernemental qui avait rendu obligatoire, à titre expérimental, l’indication de l’origine du lait, le jugeant illégal, après une requête en ce sens du géant laitier Lactalis. « Après avoir interrogé la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le Conseil d’État juge qu’il est illégal d’imposer l’étiquetage géographique du lait car il n’y a pas de lien avéré entre son origine (UE, non UE) et ses propriétés ». (dépêche AFP 15/03)

Grippe aviaire

Les éleveurs des départements du Sud-Ouest, dont la production est largement entravée en raison de la grippe aviaire, sont autorisés à accueillir de nouvelles poules pondeuses, poulets et pintades dans leurs exploitations, annonce jeudi le ministère de l’Agriculture, en raison de la décrue des contaminations. En revanche, les éleveurs de canards et oies devront attendre « compte tenu de leur plus forte sensibilité au virus [de l’influenza aviaire hautement pathogène, communément appelée grippe aviaire] H5N8 », précise le ministère de l’agriculture dans un communiqué. (dépêche AFP 19/03)

Antibiorésistance

D’après un rapport commandé par le gouvernement britannique en 2016, et qui fait référence, l’antibiorésistance menace chaque année 10 millions de vies dans le monde. Actuellement, 700 000 personnes meurent chaque année, dont 55 000 en France, des suites d’infections générées par des agents microbiens résistants à tous les antibiotiques, et d’ici 2050, l’antibiorésistance pourrait tuer davantage que le cancer. Ces chiffres sont d’autant plus inquiétants à la lueur de la pandémie actuelle, qui donne un aperçu des conséquences sanitaires, mais également économiques et sociales de la propagation d’une maladie à l’échelle mondiale. Or, « la probabilité est grande qu’une pandémie due à une bactérie humaine puisse émerger et contre laquelle nous n’aurons ni traitement, ni vaccin disponible », alerte Jean-Luc Angot, président de l’Académie vétérinaire de France et de la section « prospective, société, international » du CGAAER. (dépêche TNC 15/02).

Rapport du Sénat sur le suicide des agriculteurs

Déplorant l’attention encore trop faible apportée au mal-être des agriculteurs et à leur surmortalité par suicide, la commission des affaires économiques du Sénat a rendu le 17 mars un rapport riche de 63 propositions concrètes pour mieux prévenir et mieux accompagner les situations de détresse. Les élus pointent notamment un manque d’humanité et préconisent de renforcer les moyens et de démultiplier les initiatives qui fonctionnent dans certains territoires. (dépêche TNC 19/03).