Contenu

Des dépêches du site agrisalon a consulter sur : www.agrisalon.com

publié le 25 juillet 2017

Alimentation Combien pèse l’assiette dans le budget des Français ?

Depuis les années 60, les Français ont sans cesse réduit la part de leur budget consacré à l’alimentation mais ces dernières années sont marquées par un léger réveil des papilles. Le budget alloué à l’alimentation représentait près de 20 % des dépenses des Français en 2014 contre 35 % dans les années 60, selon la dernière enquête de l’Insee sur le sujet (2015). (Dépêche du 21/7/2017)

Une viande de caractère

La Maison des éleveurs rouge des prés, à Chenillé-Changé en Maine-et-Loire, vient d’obtenir le précieux label « Site remarquable du goût ». C’est la reconnaissance du travail accompli par les éleveurs pour promouvoir la race rouge des prés et la viande Maine-Anjou, sous AOP depuis 2004. (Dépêche du 22/7/2017)

Attaque de troupeaux

Le gouvernement a autorisé l’abattage de 40 loups jusqu’à fin juin 2018, un nombre égal à la période précédente, tout en annonçant vouloir réévaluer l’efficacité de ces mesures sur la protection des troupeaux, critiquées par les ONG. Un nouveau plan pluriannuel de gestion du loup (2018-2022) a été promis pour janvier prochain, alors que depuis des années les pouvoirs publics échouent à concilier les demandes des éleveurs et les attentes des associations pro-loup. (Dépêche du 21/7/2017)
Record français de tonte de moutons 1 328 agneaux en 9 h à deux tondeurs ! Avec 1 328 agneaux tondus en 9 h, soit 70 par heure en moyenne, Julien Dincq et Christophe Riffaud ont réalisé le premier record de France de tonte de moutons, pulvérisant leurs performances personnelles. « Un score historique », selon l’un des juges gallois de ce concours organisé par l’ATVM (Association pour le Mondial de tonte de moutons) le 8 juillet à Le Dorat
(Dépêche du 13/7/2017)

Variétés fourragères

Les améliorations des variétés fourragères sont multiples, mais souvent difficilement chiffrables, contrairement à d’autres espèces végétales. Néanmoins, les éleveurs ressentent bien leur impact sur le comportement des animaux, leur croissance et leur état, et sur le tank à lait. (Dépêche du 05/7/2017)

Une stratégie pour réduire la menace de la résistance aux agents antimicrobiens

Après l’adoption par tous les pays du plan d’action mondial pour combattre la résistance aux antimicrobiens (RAM) en 2015 et de la stratégie de l’OIE, les états ont convenu d’élaborer des plans d’action nationaux et de mettre en œuvre des politiques en vue de prévenir, de combattre et d’assurer le suivi de la RAM. (Dépêche du 10/7/2017)

Renforcement des mesures de biosécurité dans les élevages

Le ministère de l’Agriculture a annoncé qu’il allait renforcer les mesures de biosécurité dans les élevages de volailles et de palmipèdes à partir du 1er septembre alors que la France a été touchée par deux épizooties successives. (Dépêche du 13/7/2017)

L’agriculture bio, si difficile à réformer pour l’UE

Il a fallu plus de trois ans de négociations, presqu’un record, entre les deux co-législateurs européens, le Parlement et le Conseil, pour s’accorder fin juin sur la réforme des réglementations encadrant l’agriculture bio dans l’UE.
Alors que les consommateurs européens sont de plus en plus friands de bio, la demande augmente plus vite que le rythme des reconversions agricoles. L’un des principaux objectifs de la réforme, qui devrait s’appliquer à partir de 2020, était de mieux contrôler ces importations devenues nécessaires. Le cahier des charges européens sur le bio va donc progressivement s’appliquer aux importations des pays tiers, afin d’assurer une concurrence plus équitable. Autre point sensible de la réforme : il a finalement été décidé que la culture "hors-sol naturel" ou hydroponique ne serait pas considérée comme bio, avec une dérogation pour 10 ans pour les pays scandinaves. Enfin, la réforme devrait permettre un meilleur approvisionnement en semences biologiques, pour l’instant limité par le catalogue officiel des graines autorisées dans l’UE. Un des principaux points de contentieux n’a pu être résolu par la révision des règles de l’UE approuvée le 28 juin à Bruxelles : les produits bio, avec ou sans produits phytos ? (Dépêche du 14/7/2017)

La stratégie de la « sentinelle » des éleveurs de porcs

Face aux dénonciations répétées des associations de défense des animaux, les éleveurs de porcs ont décidé de se mobiliser en mettant sur pied un plan destiné à améliorer les conditions de vie de leurs bêtes et couper ainsi l’herbe sous le pied de leurs détracteurs, telle l’association L214 qui diffuse sur internet des images le plus souvent filmées en caméra cachée dans des élevages ou des abattoirs.
(Dépêche du 12/7/2017)

Adoption de la première stratégie mondiale en faveur du bien-être animal

La première stratégie mondiale en faveur du bien-être animal de l’OIE, l’organisation mondiale de la santé animale a été adoptée le 24 mai 2017 par les 180 pays membres de l’organisation. Elle a pour but d’assurer une orientation et une coordination constantes des actions de l’OIE pour réaliser des améliorations dans ce domaine. (Dépêche du 02/7/2017)

Bien-être animal

Huit enseignes françaises de l’agroalimentaire et la grande distribution ont été primées pour leur action en faveur du bien-être animal, a annoncé jeudi l’ONG européenne CIWF qui a attribué 67 récompenses au total dans le monde. (Dépêche du 29/6/2017)

Farine d’insectes

Les premiers pas d’une filière industrielle de l’alimentation animale : Nourrir les poissons d’élevage, et plus tard des poules et des porcs, avec des farines produites à base d’insectes : de jeunes entreprises françaises se lancent dans l’entomoculture, une nouvelle filière industrielle en pleine expansion. . (Dépêche du 20/6/2017)