La SEZ : Société d’Ethnozootechnie

Brèves Août 2022

publié le 29 août 2022

Publication du décret n° 2022-1012 du 18 juillet 2022

Le Journal officiel du 19 juillet 2022 a publié le décret n° 2022-1012 du 18 juillet 2022 relatif à la protection des animaux de compagnie et des équidés contre la maltraitance animale, texte qui vient parachever la loi n° 2021-1539 du 30 novembre 2021.
Ce décret définit /
-  les modalités de vente de chiens et chats via des plateformes de petites annonces,
-  les règles d’acquisition d’un cheval
-  les modalités de délivrance du nouveau « certificat d’engagement et de connaissance » pour les personnes désireuses d’acheter un chien ou chat.

Evolution du statut du loup

Interpelé le 2 août, lors des questions au gouvernement au Sénat, à propos de la forte progression des populations lupines, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a confirmé les propos d’Emmanuel Macron qui s’était engagé, selon un communiqué de la FNSEA, à faire évoluer le statut du loup au niveau européen. Le ministre a déclaré commencer à mener un travail de dialogue avec les autres collègues européens pour réfléchir sur le statut du loup, puisque sa population est désormais hors de danger d’extinction (source Agrapresse, newsletter ReussirPâtre 17/08).

Rééducation par l’hippothérapie : Quand le cheval devient l’allié du thérapeute

L’hippothérapie consiste en une rééducation fonctionnelle qui s’intéresse principalement au maintien et au développement des fonctions motrices et sensorielles par l’utilisation du mouvement tridimensionnel du cheval. Ses apports sont particulièrement intéressants pour des patients atteints de troubles physiques (et parfois aussi psychopathologiques). Auteur Joffrey Zoll, MCU-PH en physiologie, faculté de médecine, Université de Strasbourg. Extrait de The Conversation, publié le 7 août 2022, 22:43 CEST

La Norvège interdit l’élevage du Cavalier King Charles et du bulldog anglais

Dans un jugement retentissant, le tribunal d’Oslo a proscrit l’élevage du Cavalier King Charles Spaniel et du bulldog anglais. L’un a le crâne trop petit, l’autre le museau trop plat…parce que ces traits qui les rendent si attachants sont aussi la cause de leurs tourments. Salué par les militants de la cause animale et critiqué par les éleveurs, le verdict a pour toile de fond un débat grandissant sur la planète : la quête de "mignonitude" pour les animaux de compagnie se fait-elle aux dépens de leur bien-être? GEO avec AFP 23/02/2022,